Rechercher

Récupération du compte Facebook piraté du 1 juin 2010 au 31 décembre 2012

Dernière mise à jour : 18 févr.

1 juin 2010


La fille du couvent


La fille du couvent est face à deux cas de conscience. Elle se voit être doublement complice : complice d’une fraude, elle a dû rédiger intégralement une thèse pour permettre à son mari d’accéder au titre de docteur ; complice de mise en danger de la vie d’autrui, elle a également dû payer les sorties galantes de son mari qui, lui, se sachant porteur d’un virus mortel, n’a qu’une obsession : transmettre. Le Sida est devenu une arme de domination, un pouvoir. Comme un dictateur, avec un cynisme qui laisse sans voix, l’homme infecté se délecte de fondre, non protégé, sur une femme qui ignore que sa vie est en danger. Tout au long du récit l’auteure essaie de comprendre ce comportement : les calculs, le mensonge chronique sont-ils un cas pathologique ou une question d’éducation ? Peut-elle, par amour, fermer les yeux ? Le fait de lui servir sur un plateau la thèse est-il un tremplin pour imposer le déni et ses corollaires ? L’essentiel du témoignage livre les coulisses d’un tourment intérieur. Livre disponible sur amazon.fr, dans les Fnac et toutes les bonnes librairies ou ici http://www.editions-benevent.com/livre.php3?isbn=9782756316383 .


6 juin 2010


"La fille du couvent". Ne vous arrêtez pas au titre, mon histoire est surprenante à bien des niveaux et est avant tout un message d'espoir. Bonne lecture !


10 juin 2010




11 juin 2010


Je ris car mon éditeur a reçu cette semaine

une lettre très amusante ; je vous en dirai plus si elle doit

effectivement être rendue publique ! En attendant, parlez de mon livre autour de vous et invitez vos amis à "aimer" cette page !


15 juin 2010


À mes lecteurs strasbourgeois : pour vous procurer "La fille du couvent" allez plutôt à la librairie Kléber qui possède actuellement le plus grand nombre d'exemplaires.


7 juillet 2010



Mack Arubu

Une femme analphabete est facilement dupe et vouee a des exactions. Elle facilement manipulable. Elle doit tant soit peu etudier, lire et s'instruire pour acquerir une certaine liberte d'esprit.


11 juillet 2010


Déjà beaucoup de retours positifs au sujet de mon livre. Ça fait vraiment plaisir. Lisez-le et continuez à en parler autour de vous !


Anne-Marie Deschler

Bonjour, Je suis très fière d'avoir enfin fini "la fille du couvent". Je sais, j'ai mis le temps. Merci de l'avoir écrit. J'y puise du courage. La fin est très forte. Je trouve le livre très bien écrit. Une très belle leçon de courage ! Je t'embrasse Anne-Marie




11 juillet 2010


Merci à la Fédération des Congolais de l'étranger pour son soutien !



16 juillet 2010


Comme un feu d'artifice La fille du couvent explose dans tous les sens: larmes et chansons, tradition et modernité s'entremêlent allègrement. L’écriture est aussi une musique qui remonte du fond, mais pour la femme en trop-plein de souffrance elle reste, pour l'essentiel, intérieure. Le texte est authentique. C'est sa force.


2 août 2010


To all non-French speaking people: I am a French writer of Congolese origin. My autobiography "La fille du couvent" ("Convent's daughter") has just been published. It tells the story of my life from the early years in a convent after the murder of my parents during the civil war in DRC to my life in Switzerland and then France as the wife of a violent con man.


I survived his lies, his violence and even AIDS which he caught during one of his infidelities and which he wanted me to die from. I fought for my children, myself and all the other oppressed women. TODAY I want to share my eperience with everyone, to give a message of hope. Promoting this page will help making my book famous and having it translated into numerous languages.

So it's up to you now to "LIKE" this page and share the link!

Thanks in advance.


11 août 2010


Merci à tous pour vos messages de soutien ! Continuez à parler de moi autour de vous ! / Thank you all for your support, keep on talking about me around you!


16 août 2010


Le Sida est un sujet dont on ne parle pas volontiers, il est pourtant omniprésent... et les prédateurs aussi, Moni n'est pas le seul. Faites attention.


25 septembre 2010


Continuez à parler de mon roman autour de vous : le bouche à oreille est encore le meilleur outil de promotion !


loved yesterday's meeting with writer Fatou Diome in Strasbourg.

a beaucoup aimé la rencontre avec l'écrivain Fatou Diome hier à l'Aubette (Strasbourg).


27 octobre 2010


Après l'écriture du livre lui-même, il faut s'occuper du marketing...


16 novembre 2010


a beaucoup aimé la soirée caritative d'ASSF samedi dernier. L'association vient de fêter ses cinq ans !


24 novembre 2010


Le colloque au Conseil de l'Europe ce lundi s'est bien passé. Beaucoup de participants, beaucoup de questions pertinentes. Mon livre est toujours disponible dans toutes les bonnes librairies ainsi que sur amazon.com et fnac.com.


27 novembre 2010


http://www.editions-benevent.com/livre.php3...

Lisez l'article du journal "La Liberté" écrit par Annick Monod, journaliste suisse, au sujet de mon livre !


1 décembre 2010


Malgré l'amour, malgré les enfants, comment vivre avec un époux obsédé par la transmission du Virus ? Une des questions à se poser en cette journée internationale de lutte contre le Sida. Cette situation, je l'ai vécue. Lisez mon roman "La fille du couvent".


23 novembre 2010




18 décembre 2010


Plus que quelques jours avant Noël... Il n'est pas trop tard pour acheter ou commander mon livre "La fille du couvent" ! Une petite leçon d'optimisme est toujours un cadeau très apprécié.


Fabienne Hopfner

Merci beaucoup Philomène, à notre tour de te souhaiter une bonne et heureuse année 2011 que tout se passe bien pour ton intervention et courage à toi.Garde ta bonne humeur. Bisous.


31 décembre 2010


À toutes celles et tous ceux qui ont compris et soutenu les messages véhiculés par mon livre - et vous êtes nombreux - excellente année 2011 ! Que la flamme allumée par La fille du couvent fasse progressivement et durablement son chemin... Liliane Savio

je souhaite a tout ceux que je connais sur facebook une très bonne et heureuse année2011.je vous embrasse .


27 janvier 2011


J'espère que l'année a bien commencé pour vous. Toujours aussi important : parlez de mon livre autour de vous... en commençant simplement par inviter vos amis à aimer cette page !


13 février 2011


Hier, visite d'un photographe des DNA pour un article à paraître prochainement.


26 février 2011


Ce soir à la messe, le prêtre : "Il y a des choses comme ça qui rendent heureux... Je suis en train de lire 'La fille du couvent' et c'est vraiment un livre passionnant."


26 février 2011


Mes pauvres soeurs ! Même d'une autre région, leur sort m'intéresse. Il est tant de donner à toute femme le respect qui lui est dû !



7 mars 2011


Demain, journée mondiale de la Femme... Et si on commençait simplement par célébrer la femme tous les jours de l'année ?


8 mars 2011


Une page complète dans les DNA ce matin en honneur de la journée internationale de la femme !



1 mai 2011


Photographie par Marc Rollmann (DNA).



29 mai 2011


INVITATION


Philomène, La fille du couvent, célèbre la vie et rend grâce à Dieu par la prière et le chant. Elle a le plaisir de vous inviter à une messe solennelle le 4 juin 2011, à 18 h 30. Lieu : Paroisse Ste Bernadette, rue de l’Ill, à Strasbourg La cérémonie, haute en couleurs, sera clôturée par la lecture et l’animation d’un extrait phare de son livre et un verre de l’amitié. Un moment important de communion entre les peuples d’ici et d’ailleurs. Vous avez affronté une épreuve ? Alors ne restez pas seul et triste dans votre coin. Venez prier, chanter et partager un instant convivial avec « vos amis ». Renseignements au 03 88 31 25 13


4 juin 2011


À Strasbourg ce soir, après la messe solennelle.




7 juin 2011





13 juin 2011



2 juillet 2011


Les violences conjugales, un livre incontournable : La fille du couvent de Philomène Milolo (CITATIONS ET ANECDOTES)


« Eh, sœur Philomène, vous êtes de quelle congrégation ? » Non, Philomène n’est pas une religieuse. Elle est une fille de religieuses parce qu’elle ne connaît que ces femmes consacrées comme parents. « Maman, c’est quoi docteur ès Lettres ? C’est un médecin des mots et des phrases ? » On peut également le voir comme ça. Il est surtout… « Aujourd’hui le monde bouge et tout roule plus vite qu’hier. Rien ne peut l’arrêter ». « Un souvenir (…) entretient la nostalgie et (…) pousse à cultiver ses racines ». « Un ensorceleur ne fait pas les choses à moitié ». « La table du clergé est un espace de maître. Dieu n’est jamais loin. La conversation est de très haut niveau parce que très souvent internationale. Comme dans une succulente salade mêlée, l’animation présente tant de variétés, délices à croquer sans modération ». « On a beau avoir une grand’mère et une mère épouses de polygame, ce n’est pas une garantie d’immunisation contre ce poison. Le partage ne peut être ni un compagnon, ni une présence, moins encore un soutien ». « En Afrique l’intellectuel de la famille c’est l’homme(…). Il n’aime pas l’humiliation ». « (…) l’inspiration d’une mère est une veilleuse, toujours de bon conseil ». « Lorsque le passé ne reste pas totalement endormi, il étouffe le présent. Leur affrontement est quotidien et complique affreusement l’existence ». « Un arbre est dans ses racines justement comme un enfant dans ses géniteurs ». « La confiance en soi est le pied de l’espoir ». « L’arbre à palabre se plante même là où on ne l’imagine pas, en Europe ». « (…), son bol de riz vaut plus que celle qui le prépare. Ca, il faut le vivre pour le croire ». « Un papillon se pose de temps en temps sur une fleur, mais il reste papillon et continue à voltiger ». « Entre incertitude et espoir, la prière est la première marche de la montée ». « La prière agit comme un calmant sur mes nerfs, comme une potion magique qui me libère de mes angoisses (…). Elle agit comme une berceuse contre ma douleur. (…). C’est la clef de voûte de mon équilibre ». « Lorsque les sages ont parlé, il est rare que ça se passe autrement ». « La jeunesse c’est l’ouverture. C’est la vie et elle est sans frontière. La jeunesse c’est comme la flamme olympique, elle passe d’un pays à l’autre ». « Un oui n’est pas toujours affirmatif, tout comme un nom n’est pas toujours négatif ». « Même l’optimisme aveugle finit par voir l’étincelle ». « Une mort sans auteur ne serait pas une mort chez les Africains ». « La culture et la tradition qui empêchent l’individu de s’ouvrir constituent une prison. Autant de familles imperméables, autant de prisons culturelles dans la ville ». « Comme une tempête qui emporte tout sur son passage, il aurait souhaité que sa maladie soit une vague meurtrière pour toute la famille ». « Un mari fera toujours ce qu’il voudra, même s’il sait que son sexe est devenu une arme et peut tuer (…) ». « Entre le mariage et les faits, c’est le même fossé qu’entre le rêve et la réalité. Les mots bonheur – amour… résonnent comme des paradis inaccessibles ». « Pour elles, l’amour, l’union se disent et ne se vivent pas. C’est parce qu’ils ne se vivent pas qu’ils se disent ». « Il n’a rien d’un mari et d’un père mais il exige une épouse et un fils ». « Lorsqu’on sert d’appui à une échelle on aimerait un jour être à la place de celui qui la monte. C’est humain ». « Le danger est prévisible, surtout lorsqu’on le porte en soi ». « C’est important qu’elle (la femme) sache tourner aussi rapidement les pages d’un livre que la cuillère dans une casserole ». « Il n’a rien que l’on puisse respecter, mais il veut se donner une posture respectable ». « Le problème avec l’homme à plusieurs femmes c’est qu’il ne sait pas qui est sa femme ». « Tout son milieu est un conditionnement à la polygamie, il a engendré une chaîne dont le dernier maillon ressemble au premier ». « On ne se débarrasse pas aussi facilement des années d’obsession et la femme en est une qu’aucune digue ne peut contenir ». « Le temps ressemble à la femme. L’heure n’est pas la même pour toutes, la priorité aussi ». « L’espoir du début de l’union s’est écroulé comme un château de cartes, entraînant avec lui notre dignité ». « Nos différences, loin d’être des clôtures sont des voies d’articulations entre nos cultures ». « La nuit n’est pas plus sombre que nos cœurs ». « J’ai tellement reçu des coups qu’ils cognent encore ». « La violence a construit un mur dans nos têtes, ne laissons pas l’intolérance en monter un autre, (…) ». « Un secret lourd est une bombe pour la conscience ». « Une femme qui n’a pas fait son ménage est une femme qui n’a pas pris son bain ». « La graine de l’angoisse une fois logée dans l’esprit est une plante fertile sur le terrain de l’imagination ». « La violence entre époux n’a d’amis que l’isolement et le silence ». « Je me suis mariée avec un agneau et je me sépare d’un lion qui n’avait d’autre but que de me faire peur tous les jours ». « La vie de tous les jours vous déshabille peu à peu, le mystère tombe jusqu’à vous laisser nus l’un en face de l’autre ». « Il y a des mâles pour qui la solution à tous leurs ennuis est une femme ». « Il se conduit comme un prédateur. Et son terrain de prédilection, en tant que chasseur, c’est la Suisse ». « Il voit en moi le symbole de l’interdit et, parce qu’il ne veut rien s’interdire, je suis devenue son ennemie ». 5 juillet 2011


Voilà, le blog est là, tout frais. Je me réjouis à l'avance de votre assiduité et de vos commentaires. N'hésitez-pas à transmettre l'adresse à vos amis !



22 juillet 2011


Paroles de femmes dans "La fille du couvent".

Etudiantes, enseignantes, religieuses...ou les femmes tout court, autant de personnalités, autant de prises de parole, autant de leçons de vie. Profitez de vos vacances pour les découvrir dans "La fille du couvent" de Philomène Milolo (Ed. Bénévent, 2010).


4 août 2011


C'est le grand débat dans "La fille du couvent".



24 septembre 2011


Je participe aujourd'hui (18h30) à un café littéraire au centre socio-culturel l'Escale à Strasbourg avec d'autres écrivains de la région.

Très belle rencontre. Merci tout particulièrement à Christiane Roederer pour l'animation.


Face à face très productif entre Christiane Roederer et moi hier. Elle a avoué qu'en lisant le récit, elle aurait plusieurs fois souhaité me tendre la main pour que l'on s'enfuie ensemble. Nos études littéraires et notre milieu éducatif sont en effet des points communs qui font de nous des soeurs.

24 octobre 2011


Dans le cadre d'un cycle "Strasbourg-Kinshasa", le Théâtre Jeune Public de Strasbourg proposait ce mois-ci une pièce intitulée "Kinsiona" (orpheline). Ç'aurait été un nom possible pour Nguya si elle n'avait pas eu la chance d'être recueillie par une famille aimante.


25 octobre 2011


Recommandez cette page à vos amis, parlez de mon livre autour de vous ! Fille du couvent parce que c'est l'endroit où j'ai grandi après le meutre de mes parents... Mais l'histoire ne s'y limite pas. C'est avant tout le récit véridique d'une battante.


25 octobre 2011


Écho... Dans "La fille du couvent", le mari de la protagoniste tente aussi de lui transmettre le virus mortel.



9 novembre 2011


Un sujet malheureusement toujours d'actualité et traité dans mon livre... "La délégation aux victimes du ministère de l’Intérieur vient de réaliser le bilan annuel (2010) des « morts violentes au sein du couple », à partir de l’exploitation des synthèses de police judiciaire transmises par les services de police et de gendarmerie, complétés le cas échéant par un dépouillement de la presse nationale et régionale."

15 novembre 2011


Frédéric Matwies vient de faire publier son témoignage d'ancien mari violent :"Il y avait un monstre en moi". Je suis heureuse de voir que certains sont capables d'introspection. Peut-être une perspective complémentaire à celle de mon roman. 20 novembre 2011



"L'Afrique Enchantée" (France Inter) vous donne rendez-vous à 17h05 pour la suite de sa série d'émissions sur la condition féminine en Afrique. Cette semaine : le pouvoir des femmes !


23 novembre 2011


Rendez-vous à l'Escale, 40 rue de la Doller, vendredi 25 novembre de 8h30 à 10h30 pour un débat autour de mon roman "La fille du couvent". Cette rencontre se fait dans le cadre d'événements organisés par la Ville de Strasbourg afin de lutter contre les violences faites aux femmes.


24 novembre 2011


Dites-moi qu'il s'agit d'une mauvaise plaisanterie !

26 novembre 2011


Perdre le sens de la réalité ou l'ignorer volontairement peut avoir de lourdes conséquences.



26 novembre 2011



30 novembre 2011


En amont de la journée mondiale de lutte contre le Sida - Pour la médecine, ils sont une énigme. Séropositifs, ils sont en bonne santé, sans aucun traitement. Certains ont été contaminés tout au début de l’épidémie, il y a trente ans. Et leur vie reste pavée d’angoisses profondes.


J'ai rencontré un homme dans le tram un jour qui m'a dit tristement qu'il avait guéri du sida. Et je l'ai cru. Je vois maintenant que j'ai pas forcement eu tort.


30 novembre 2011


Quelques jours avant la journée mondiale de lutte contre le sida, le 1er décembre, une jeune maman séropositive a accepté de raconter à la Tribune de Genève son combat contre la maladie.



11 décembre 2011


"Le Don Juan de la Cité de Calvin", dans La fille du couvent. Lisez le livre ou offrez-le pour Noël. Nguya est une battante. Une leçon de vie, valable pour toute femme. Découvrez-la et faites découvrir, vous vous lèverez du bon pied pour démarrer 2012.



Ceux qui ont porté à mon attention les deux gros mensonges de Monimambo (Moni), sur sa fausse date de naissance et sa photo datant de plusieurs années, ont raison. "Mbokamosika" ne pouvait pas savoir. Néanmoins les deux gros mensonges ont l'avantage de démontrer, encore une fois, publiquement le comportement d'un manipulateur incurable décrit dans mon livre. Inutile de faire œuvre d'éducation avec lui.


20 décembre 2011


Alors pourquoi dicte-t-il ce message à Mbokamosika, qui ne le connaît pas personnellement ?




20 décembre 2011


Monimambo se dit au chômage ; la thèse n'a pas été rédigée par lui-même ; la photo postée sur le site "Mbokamusika" est ancienne ; il est né le 15 août 1953 ; aucun universitaire Français ne se nomme professeur docteur (le diplôme étant de Marc Bloch) contrairement à l'usage en Allemagne ou en Suisse...

27 décembre 2011


Un clic et il sera en route vers chez vous ! Mon livre est une excellente idée cadeau... et ce pendant toute l'année.


2 janvier 2012


Dédiée à toute femme, La fille du couvent est une leçon de vie. La maîtriser, c'est plus de vigilance pour une année 2012 douce et paisible. Je la souhaite vivement à toutes et à tous. soyez assurés de toute ma gratitude pour vos mots encourageants. 22 février 2012


Si même Angelina Jolie se met à parler des violences faites aux femmes (journal de 20 heures sur France 2 dimanche dernier) c'est qu'il faut agir, non ?


3 mars 2012


Maître Sangua, fondatrice de l'association "Action Large des Femmes Avocates" dénonce dans sa plaidoirie les violences sexuelles et psychologiques faites aux femmes dans l'est de la République Démocratique du Congo.

Il FAUT constamment relancer le débat.



7 mars 2012


Le respect des autres

La fille du couvent place cette année sous le signe de la vigilance, cette photo en dit long pour vous tenir en éveil : Monimambo (Moni) l’a utilisée au mois d’août 2011 pour mentir au blog Mbokamosika, une aubaine pour Nguya qui s’en sert ce 8 mars 2012 pour une bonne cause : le respect des autres. En effet, cet enfant est né en 1997. En 2007 son père cachait toujours à sa mère qu’il était porteur du VIH et que son remariage n’avait aucune validité (cf. chapitre 22 : Moni, « le Suisse, originaire de Wynigen, Berne).


24 mars 2012





Tenons-lui la main pour sa reconstruction.



1 mai 2012


Marie (et mai, mois de Marie), est un des piliers de La fille du couvent. La mère de Jésus et notre mère, à tous, est un refuge de velours pour Nguya.

- Chapitre "La découverte de la cathédrale St-Nicolas", page 99.



31 mai 2012


« La fête des mères »

Dites : « merci maman » avec le livre La fille du couvent.

C’est une ressource inépuisable pour toute mère.


10 juillet 2012



Ouiiiiiiiiiiiiii Ouiiiiiiiiiiiiii Ouiiiiiiiiiiiiii Gros bisous à Leymah et Nobel Women's Initiative x


15 juillet 2012


J'espère que vous vous portez bien. Continuez de parler de mon livre autour de vous et invitez vos amis à "aimer" cette page !


15 juillet 2012


Le Figaro du 13 juillet 2012 : "Faire baisser le nombre de femmes qui meurent sous les coups de leur conjoint, c’est l’objectif de cet outil. Après avoir été expérimenté en Seine-Saint-Denis, dans le Val-d’Oise et le Bas-Rhin, le téléphone d’urgence est lancé dans la capitale. "



24 juillet 2012


« Lutte contre le sida », des mots que Monimambo devrait apprendre à prononcer



31 juillet 2012


Dr. Augustin Odimba Omakoko (Hommages – Pour que son souvenir demeure : Jean-Claude Favez) Ces condoléances sont une monstrueuse arnaque. Monimambo (Moni) sait pertinemment que ce Monsieur n’est pas ce monument académique, doté d’une éthique chrétienne exemplaire, qu’est son ancien professeur de l’Université de Genève. Ce dernier, qui n’a d’ailleurs qu’un fils unique, est bel et bien vivant. Son épouse est plus qu’une amie pour Nguya, c’est une sœur (La fille du couvent, p. 243).

1 août 2012


L’enseignement de l’histoire en République Démocratique du Congo (ex. Zaïre) : diagnostic (1960-1980), thèse de doctorat

L’histoire de ce texte, soutenu par Monimambo le 12 nov. 1993 à l’Université Marc Bloch et publié chez P. Lang en 1999, commence à l’Université de Genève. Lorsque Moni demande à celui dont il se targue d’être un ancien étudiant, il essuie un refus (lettre du 9 septembre 1985). Le recteur, qui a dirigé plusieurs thèses en histoire contemporaine, est justement parmi les professeurs persuadés que Moni n’est « pas assez doué pour rédiger une thèse » (La fille du couvent, p. 184). Pour ce rejet, oui, Moni garde certainement un « souvenir ineffaçable ». D’où cette phrase : « Dites à votre mari que je suis docteur », écrit-il à mon amie après la soutenance d’un texte qu’il n’a jamais écrit, pour narguer bien sûr. Allez donc comprendre son hommage précipité?

En ce 1er août 2012, belle fête nationale à Claude, Jean-Claude et tous mes amis Suisses !


4 août 2012


A chaque fois que je lis ces statistiques je me dis que j'ai eu beaucoup de chance de ne pas avoir été parmi les victimes en 1991.


Fabienne Hopfner

Et moi, j'ai encore une plus grande chance de te connaitre. Quelle tristesse pour toutes les femmes qui subissent la violence de leur conjoint



14 août 2012


ALERTE !

Après un long repli Monimambo a recommencé : la cellule de surveillance de mon courrier vient de m’informer ce matin avoir détruit, mi-juillet, une enveloppe venant de lui. Du bon travail ! Il est toujours à l’affût d’un moyen de pression tout en sachant que sa lettre n’a aucune chance d’être lue par Nguya (cf. La fille du couvent, pp. 518-519). Ses lettres jugées comme le fruit de la paranoïa (rapport de l’expert psychiatre du tribunal en juin 1994) manquent d'intérêt pour moi (La fille du couvent, p. 471).


3 septembre 2012


Mbokamosika

Au mois d’août 2011, des «données personnelles» erronées et une photo familiale vous ont été fournies par Monimambo afin d’obtenir un «Joyeux anniversaire au prof…». Une première! Choqués, certains Mbokatiers, lecteurs de La fille du couvent, m’ont contacté pour dénoncer la mascarade. Tout était donc faux dans le message initial: «Lorsqu’on ment, on a quelque chose à cacher», dit-on. C’est vrai, si on connaît l’homme, on peut facilement lire le dessous de son besoin de vouloir, à tout prix, bénéficier d’une auréole de «sage». Il est bien sûr guidé par l’intention de détourner l’attention du livre La fille du couvent, un miroir qui lui renvoie sa véritable image. Dans cet ouvrage justement, qui relate les faits avérés, le roi est nu (La fille du couvent, p. 491). Aussi, il était de mon devoir moral de réagir – tardivement sans doute-, tant l’enjeu pédagogique était évident: un «sage» dans la tradition orale et l’éducation en Afrique est un homme de confiance. Défendre ses convictions vaut plus que la crainte d’une menace. Voilà pourquoi j’ai osé illustrer deux extraits de mon livre par ladite photo sur ma page Facebook. C’est la liberté d’information et d’expression.

Hélas, je viens d’apprendre que, sous prétexte du droit à l’image, Monimambo se démène pour l’effacer de mon compte Facebook. Quelle importance? L’objectif de mon affichage est déjà doublement atteint: vous savez qui est Monimambo et vous pouvez ainsi protéger une mère, une sœur ou une amied’un piège; Moni, lui, est assez sain d’esprit pour réaliser qu’un mensonge est une arme à double tranchant qui peut se retourner contre celui qui s’en sert.

Il est clair que je n’ai plus besoin de cette photo, il me faut maintenant penser à ces deux victimes, une femme et son enfant, qui y figurent, sournoisement exposées à leur insu et pour lesquelles je me suis battue en 2007 (La fille du couvent, chapitre 22, p.503). Par respect pour elles, je fais disparaître cette photo de ma page Facebook, tout en gardant, intacts, les extraits du livre qui l’ont accompagnée et que je regroupe par souci de cohérence.

Enfin je saisis cette occasion pour exprimer ma reconnaissance aux bâtisseurs de ce blog: non seulement ils m’ont offert l’opportunité de réactiver mon combat, mais ils m’ont également fait découvrir, en le feuilletant, un outil fédérateur, d’une hauteur indéniable. Il est à la fois l’actualité et une merveilleuse réimpression des souvenirs du terroir. Je m’incline et vous dis : «chapeau»!

Mama Philo


Cette démarche s'est faite dans le même esprit que pour la femme de Nancy et sa petite fille.


22 septembre 2012


Face à face Christiane ROEDERER - Philomène MILOLO 2e édition, le 22 septembre 2012. L'accent a été mis sur la différence d'éducation entre Nguya et Monimambo.

Moni n'a en outre cessé de harceler mes amis écrivains jusqu'à ce qu'ils le prient d'arrêter de leur écrire. Il n'a également jamais cessé de téléphoner à la CNIL et aux Éditions Bénévent pour proférer des menaces de mort à l'encontre de Nguya.


23 novembre 2012


Rendez-vous ce soir 18h30 pour écouter mon témoignage "La parole libérée" et débattre autour de thèmes relatifs à mon livre. Venez nombreux !

- Salle Antoine Chevrier (place Nicolas Poussin)


25 novembre 2012


Discussion et échange de qualité sur le thème des violences faites aux femmes. Merci de tout coeur à tous les participant(e)s. Venus d'horizons différents, nous avons pourtant dressé sans peine le portrait robot du bourreau type, comme si chacun de ces hommes "sortaient de la même école".

Merci enfin à la Ville & Communauté urbaine de Strasbourg d'avoir initié cet événement.


25 novembre 2012


Une femme meurt en France tous les deux jours et demi sous les coups de son conjoint. Seule une femme maltraitée sur dix porte plainte...




Connaissez-vous le numéro 3919 ? Il a 20 ans cette année.




"L'étude relève que ces meurtres sont de plus en plus souvent prémédités, puisque la part des assassinats a doublé en un an, représentant désormais 40 % des homicides volontaires.

Les victimes collatérales de ces violences sont principalement les enfants. Onze enfants mineurs et deux enfants majeurs ont perdu la vie en 2011 (contre 6 en 2010). S'y ajoutent les deux foetus de deux femmes tuées alors qu'elles étaient enceintes."




25 novembre 2012


Car une volonté politique engendrant des mesures concrètes est indispensable.




31 décembre 2012


Excellente santé à toutes et à tous. Beaucoup d’espérance pour que l’école de l’égalité devienne une réalité.

26 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout